Avertissement
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 982

Voirie et déneigement

Le déneigement, parlons-en!

De novembre à avril, le risque de chute de neige est élevé. Une commune située en altitude et recevant des visiteurs, se doit d’avoir une politique préventive d’aménagement routier de qualité.

Le sel a longtemps été le moyen le plus sûr de palier le risque de verglas, mais son usage demeure controversé. Certaines préfectures font donc le choix de faire de leurs communes touristiques des « stations blanches ».

Rencontre avec Jean François PREMAT, responsable des services techniques de Morzine, afin de comprendre le travail des services techniques tout au long de la saison hivernale.

Jean François PREMAT, tout d’abord, expliquez nous ce qu’est une station blanche. Morzine en est elle une ?

Lors de grosses chutes de neige, et afin de garantir la sécurité de tous face à la création de verglas, la plupart des villes choisissent de saler routes et trottoirs. Les communes qui souhaitent limiter l’utilisation de sel se servent de l’accroche de la neige froide qui lors de chutes abondantes, laisse une pellicule crissante et non glissante. Laissée telle quelle, la neige ne présente aucun risque et la station reste blanche. En revanche le fort trafic sur les voies principales en cours de journée a pour effet de damer et de compacter cette neige qui devient très glissante au fil des heures.

Le cas de Morzine est particulier. Du fait de son altitude, les variations de températures sont parfois excessives, on peut passer de -5°C à l’aube à + 6°C à midi en plein soleil, et rechuter à -5 °C le soir. La pellicule de neige froide fond et se transforme en eau pendant la journée, et gèle à nouveau durant la nuit. Le lendemain, c’est une véritable patinoire. Il faut donc déglacer, souvent avec du sel. Morzine n’est donc pas à 100 % une station blanche.

Il neige, comment intervenez-vous ?

Il faut d’abord savoir que notre travail ne s’effectue pas seulement pendant qu’il neige, mais aussi avant. Je reçois des bulletins météo ultra précis, qui me permettent de connaitre les quantités de neige susceptibles de tomber, et ce, quelques heures avant les chutes de neige.

Une fois que la neige tombe, nos équipes procèdent au raclage des routes régulièrement, afin que celles-ci soient dégagées et praticables. Il en va de même pour les trottoirs. Nos équipes peuvent être en place de 3h du matin jusqu’ à 21h. Nous nous efforçons toujours de dégager les routes avant 8h, c’est pourquoi il est possible que vous entendiez la déneigeuse très tôt le matin !

A quel moment le salage intervient ?

Lorsqu’il neige, nous ne salons pas ( sauf si la chaussée est très froide que nous sommes à la limite pluie neige), les routent restes blanches avec une pellicule de neige froide accrocheuse, comme expliqué précédemment. Cependant, certains secteurs font exception pour des raisons de sécurité, comme les circuits de navettes et de petit train, ainsi que la montée de la route des Ardoisières, que l’on s’efforce de « mettre au noir », c'est-à-dire goudron visible.

De plus, les alertes de Météo France que je reçois, m’indiquent également la température de la chaussée. Celle –ci peut-être négative alors que la température de l’air est quant à elle positive. La formation de gel sur une route apparait dès lors que la température est inférieure à 3°C. En revanche à -10°c avec une hygrométrie (taux d’humidité dans l’air) très faible il n’y aura pas de formation de gel, donc pas de salage. Il peut donc y avoir un risque de gel même sans neige. C’est le cas des pluies verglaçantes, ou des gelées d’automne. A ce stade, le salage est indispensable.

Néanmoins, il faut savoir qu’à l’heure actuelle, la quantité de sel consommée par la commune a été réduite de 55% en 3ans. Nous sommes passés de 450 tonnes par an en 2011, à moins de 200 tonnes en 2014 !

Le riverain/commerçant a –t-il un rôle important dans le déneigement ?

Oui, même primordial. Tout riverain ou commerçant est tenu de déneiger et de déglacer l’espace qui se trouve devant chez lui, sur 1 mètre.

Le déneigement doit se faire en tas le long de la chaussée.

Attention : Il ne faut pas jeter la neige sur la route, vous pourriez être tenu comme responsable en cas d’accident. Les services techniques procéderont ensuite à son évacuation en décharge.  

Enfin, le déglaçage se fait avec des outils spécifiques. L’usage de sel n’a de fonction que sur une surface de deux millimètres de glace. Au delà, le salage est superflu et inutilement pollueur.

En cas de forte épaisseur de glace il vaut mieux gravillonner. Cette méthode à l’avantage d’avoir un effet immédiat et de durer dans le temps.

De plus, à une température inférieure à -8°C, le sel n’agit plus !

Les services techniques se sont dotés d’une nouvelle machine, expliquez nous.

C’est un engin multi fonction et unique au monde ! Nous l’avons imaginé ici au sein de ce service et avons mis en concurrence plusieurs entreprises pour la réaliser. La machine est donc équipée d’un système interchangeable en fraise ou en chargeuse, et possède une lame souple permettant d’épouser les formes irrégulières de la chaussée. C’est un engin compact et peu bruyant pouvant être utilisé en centre ville.

De plus, la fraise permet de diminuer de 2/3 le volume de neige récoltée, ce qui réduit considérablement les besoins en transport de neige.

Ce bijou est actif depuis maintenant décembre 2014, et nous en sommes satisfaits !

Plus d’info

Plus d'infos...

 

Recherche

Log in